Oxfam 21 - Groupe Local Dijon

Oxfam 21 - Groupe Local Dijon

Histoires de randonnées - Velars-Chamerey le 10 novembre 2017 et hauteurs de Velars-sur-Ouche le 4 août 2017

Nocturne de Velars à Chamerey et retour le 10 novembre 2017 : une marche mémorable

 

 

Nous étions 7 à partir de chez Aurélie le vendredi à 20 heures. Deux équipes inscrites au trailwaker 2018 et une équipe inscrite au wintertrail étaient  représentées.

Jean et Marité étaient présents pour nous encourager au départ.

 

La pluie nous accompagnait un peu, mais elle devait être de plus en plus timide tout le long du trajet.

Nous devions longer le canal d’un côté pour passer sous l’auroroute au passage du GR 7 puis de l’autre côté pour rejoindre le début du Jean Sage.

 

Nous attaquions alors la principale difficulté. C’était une série de montées et de descentes assez raides et rendues glissante du fait de la pluie. Certaines zones rocheuses nous obligeaient à utiliser nos mains ou à descendre sur les fesses.

 

Mais la bonne ambiance animée par Aurélie nous a permis de passer agréablement cette  première partie. Nous étions devenus les sept nains affublés chacun des noms de chacun des personnages.

Nous sommes alors arrivés à mi pente et le vent assez faible amenait un peu de fraîcheur surtout en traversant un champ dans lequel on pouvait apercevoir le sommet du Mont-Afrique.

 

A la « fontaine Naizou » nous avons convenu de ne pas aller au sommet et de suivre les courbes de niveau pour rejoindre flavignerot en terrain stable et ainsi éviter une forte descente suivie d’une forte montée rendu encore plus difficile à faire en terrain glissant.

 

De Flavignerot, il nous restait à monter au col de la Toppe. C’était une montée assez raide mais courte. Ensuite, il nous restait qu’un faux plat pour arriver à la rente de Chamerey où nous sommes arrivés à 00h30.

 

 

 

 

 

 

 

 

Là, nous avons été accueilli par Dominique qui avait dressé une bonne table et préparé une excellente soupe chaude. Nous avons apprécié ce gîte situé en plein milieu de la forêt loin de tout et goûté à l’accueil de son propriétaire.

 

Après avoir profité de la soupe chaude, du Mont-Dore et de la gnôle, nous avons repris la marche par un sentier qui descendait à Clémencey. Nous y sommes arrivés à 3h00. Deux d’entre nous ont arrêté là leur marche et sont repartis dans le véhicule garé au préalable.

 

A cinq, nous avons continué sur un chemin empierré jusqu’à la ferme du Leuzeu. Nous avons fait une courte halte dans cette ferme chargée d’histoire et qui est en cours de restauration par une association de Fleurey.

 

Nous avons ensuite rejoint le GR7 qui était particulièrement bien balisé de banderoles qui avaient été mise à l’occasion du cross de la madone ayant lieu le 12 novembre.

Arrivés à Notre dame de Vélars, nous avons apprécié les lumières de Dijon d’un côté et celle de Fleurey de l’autre.

 

Il nous restait la descente sur Velars où nous sommes arrivés à 6h00. Le boulanger sur la place faisait son pain et nous a aimablement permis d’acheter des croissants bien chauds  et même offert un.

Nous sommes arrivés chez Aurélie à 6h30, nous avons marché 33 km et avons eu droit à un café avec les croissants avant de nous quitter.

 

Au final, c’est une marche très agréable qui restera dans les mémoires et qui donne envie d’être refaite dans d’autres circonstances ( ciel dégagé, levé de soleil à Notre Dame de Vélars….).

  

 

 

 

 

Petit retour en arrière avec la marche du  4 août 2017

Marche nocturne 4 août 2017. Une belle nuit des étoiles

 

 

Nous étions 9 au départ à 20h20. Emmanuel et Claire, Murielle et Erwan, une collègue d’Aurélie, Hervé, Emmanuel D, Aurélie et Jean-Luc.

 

Nous sommes partis rejoindre le GR7 sur les hauteurs de Velars pour avoir une belle vue sur Dijon et Talant. On pouvait apercevoir au loin des chevreuils courir dans les champs le long du bois.

La nuit commençait à arriver quand nous sommes rentrés vraiment dans les bois et suivre un sentier encore assez large. Nous avons ensuite retrouvé la route allant à Lantenay et nous pouvions alors admirer les lumières de l’autre côté de la vallée de l’ouche : Urcy, la ferme de Collonges….

Nous sommes alors rentré à nouveau dans les bois par un chemin d’abord creux puis de plus en plus étroit pour finir par être absent pendant une centaine de mètres. Enfin nous pouvions retrouver ce même chemin plus praticable.

 

Ensuite nous traversions une forêt résineuse et enfin nous nous retrouvions sur une vaste plaine de culture. Un agriculteur cultivant ses champs y était et devait être surpris de voir tant de petites lumières sortir du bois qui devait lui apparaître comme des  yeux bizarres de très grands cervidés. En tout cas, certains devaient être inquiet car un 4*4 est apparu pas loin de nous.

 

C’était le moment de faire une pause en bordure de bois et devant cette vaste plaine. Nous pouvions admirer allongés dans l’herbe le ciel étoilé et essayer de capter des étoiles filantes.

 

 

 

La température  encore bien douce ne nous incitait pas à repartir trop vite.

 

Nous avons alors traversé cette plaine le nez en l’air, la tête dans les étoiles et l’arrivée à Pasques est venu trop vite. Une voiture y était garé pour emmener 4 d’entre nous. Il était 23h30. Nous avions fait 12 km

 

Ensuite nous avons continué à parcourir cette plaine sur un chemin blanc tout droit. Nous sommes alors arrivés à l’ « abime du creux percé ». Nous pouvions regarder à la lampe le fond du trou et la falaise environnante qui est impressionnante. Nous avons après,  parcouru un sentier au milieu de bois plus clair car les arbres étaient de plus petites tailles du fait que nous nous trouvions au dessus de la falaise qui surplombe la « combe de Vaux de Roche ». Nous devions alors imaginer le danger de se trouver au pied d’une falaise car l’obscurité nous rendait insensible au vertige.

 

Comme nous devions descendre au fond de la combe, nous avons trouvé l’endroit le plus praticable: une descente faite d’éboulis de pierres qui nous obligeait à descendre sur les fesses. (A mon sens un endroit impossible à remonter par manque de prises).

 

Arrivés au fond de cette combe nous étions sur le sentier Bouton d’Or, très agréable à parcourir avec des anciens four à charbon.

 

Au bout de cette combe nous avons pris le GR2. Une bonne montée nous attendait, assez courte, pour atteindre le GR des 4 vallées. Nous pouvions alors surplomber la vallée du Suzon avec la même sensation de perte de vertige et un peu d’inconscience.

 

Il nous restait alors une longue ligne droite d’abord en forêt et puis de retour dans la plaine.  

Nous sommes arrivés à Prenois à 2h30. Nous avions fait 24 km.  Avant de laisser 2 d’entre nous, nous avons fait une bonne pause sur un banc au bord de l’étang sur la place centrale bien silencieuse.  Magique.

 

A trois nous avons continué et enfin quitté cette plaine et retrouvé dans les bois le GR 7. Nous avons surplombé une combe, moins vertigineuse que les 2 premières. Nous étions au dessus de Plombières et nous commencions à entendre les trains qui passaient en contrebas.

 

Comme nous voulions passer par le dessus de Velars, nous avons traversé la domaniale de Plombières. A la sortie de la forêt, nous apercevions à 300 m le GR 7 à l’endroit où nous l’avions emprunté à l’allée. Les chouettes nous accompagnaient de leur cri.

 

Mais surtout nous sentions que le jour arrivait. La lueur nous l’annonçait mais pas les oiseaux dont le chant était plutôt timide. Sans doute sentaient-il que le temps changeait car le ciel était chargé. Nous avons goûté à l’arrivée du jour en nous allongeant à cet endroit en bordure de forêt. Encore un moment magique.

 

A 6h15, nous sommes repartis pour la dernière ligne droite. Nous apercevions les lueurs du soleil.

 

 

 

 

 

Enfin, après avoir traversé une dernière zone boisée, nous apercevions Velars et l’appartement d’Aurélie.

Nous avions donc fait 36 km. 

 

Nous  avons terminé autour de croissants, de café et de jus d’orange, sans trop de fatigue finalement, peut-être parce que nous commençons avec l’habitude de ces marches nocturnes à encore mieux goûter à la magie du petit matin.

 

Deux comptes-rendus de Jean-Luc Edouard

 



13/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres