Oxfam 21 - Groupe Local Dijon

Oxfam 21 - Groupe Local Dijon

Oxfam - HISTOIRES D’AIDE : MARTHA KWATAINE, PRESCRIPTRICE DE REMÈDES

Santé & Education Financement du développement

HISTOIRES D’AIDE : MARTHA KWATAINE, PRESCRIPTRICE DE REMÈDES

le 16 octobre 2013

L’aide publique au développement est un catalyseur de changement, qui permet d’améliorer les vies de millions de personnes à travers le monde. Oxfam se bat pour que les pays riches tiennent leurs promesses et fournissent une aide importante et efficace aux populations les plus vulnérables. Parce que la pertinence des programmes d’aide est parfois questionnée, Oxfam America a publié des histoires de vies qui ont été durablement changées grâce à l’aide.

Voici celle de Martha Kwataine, qui se bat pour l’accès aux soins des habitant-e-s des zones rurales du Malawi.

Dans les zones rurales du Malawi, les conditions de vies sont difficiles et le personnel de santé diplômé n’a pas envie de s’y installer. Ces régions deviennent donc des quasi déserts médicaux et leurs habitants n’ont pas accès à des services de santé corrects. C’était sans compter sur Martha Kwataine.

Touche pas à mes bourses

Des bourses avaient été mises en place, accordées aux organismes de formation aux métiers de la santé, pour attirer des professionnels dans ces régions. Mais en 2010, le gouvernement a décidé de mettre fin à ces bourses. La raison invoquée : le manque d’accord et de coordination entre les bailleurs internationaux sur la meilleure façon de continuer le programme.

Une décision inacceptable pour Martha Kwataine, qui dirige le Malawi Health Equity Network (Réseau malawite pour l’équité en matière de santé), une coalition d’ONG et de citoyens qui se battent pour améliorer l’accès aux services de santé de qualité. Une coalition soutenue par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Martha Kwataine a exhorté le gouvernement à trouver d’autres moyens de financer ces bourses, essentielles pour permettre l’accès des habitant-e-s des zones rurales à des services de santé décents.

"Je me suis battue pour que ces bourses soient réintroduites, parce que les paysans et paysannes ne devraient pas être punis simplement à cause de leur mode de vie et de l’endroit où ils vivent.", raconte Matha Kwataine.

Budget national, effets locaux

La pression mise par Martha Kwataine et ses collègues a eu de l’effet, leur message a été entendu : en 2011, le budget national incluait le financement de 1 200 bourses pour la santé dans les régions mal équipées.

Quand les bourses pour les sages-femmes ont été victimes de coupes dans le budget national, Martha Kwataine et le Malawi Health Equity Network ont à nouveau réagi rapidement et le gouvernement y a réaffecté l’équivalent de 13 000 dollars (près de 10 000 euros) après leur campagne. Cela peut sembler une somme dérisoire, mais un pays avec un taux de mortalité maternelle parmi les plus élevés au monde ne peut pas se permettre de négliger ses sages-femmes.

"En tant que militante pour l’accès aux services de santé, je dois jouer un rôle de passerelle, de lien, entre les décideurs politiques et la réalité du terrain, explique Martha Kwataine. Je dois m’assurer que le budget national améliore réellement, concrètement l’accès de la population aux services de santé."

Savoir se faire entendre

Pour cela, Kwataine et ses collègues travaillent aussi avec les communautés rurales du Malawi pour comprendre leurs besoins, faire entendre leurs revendications et faire respecter leur droit à la santé, en tant que citoyens et citoyennes.

Ainsi par exemple, le centre de santé de Mponela, une ville du centre du pays, ne fonctionnait pas, faute de personnel. Les habitant-e-s devaient parcourir 30 à 40 kilomètres pour avoir accès à des services de santé. Quand un représentant du gouvernement a appris que le Malawi Health Equity Network travaillait avec un comité d’acteurs locaux en colère, un médecin et une infirmière ont été affectés au centre, qui est maintenant opérationnel.

Si vous vous trouviez dans une situation où vous n’aviez pas accès facilement à un médecin et à des soins, vous aussi, vous voudriez surement une citoyenne active et engagée comme Martha Kwataine à mes côtés.

Aller plus loin

Ces dernières années, le gouvernement américain a réformé son aide au développement pour être plus capable de rendre des comptes aux citoyens américains ainsi qu’aux acteurs locaux comme Martha Kwataine.
L’aide est plus efficace lorsqu’elle soutient les acteurs sur le terrain pour leur permettre d’agir sur les circonstances qui les maintiennent, eux et leurs concitoyens, dans la pauvreté : en les aidant à réaliser un rêve, construire un projet, soutenir leur famille ou aider leur communauté.
C’est pourquoi Oxfam se bat pour rendre l’aide au développement des pays riches plus efficace. Par exemple en donnant plus d’argent directement à des gens comme Martha Kwataine. 
 


16/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres