Oxfam Trailwalker - 17-18 mai 2014 - Témoignage d'un marcheur des Graines de Champion - Oxfam 21 - Groupe Local Dijon

Oxfam 21 - Groupe Local Dijon

Oxfam 21 - Groupe Local Dijon

Oxfam Trailwalker - 17-18 mai 2014 - Témoignage d'un marcheur des Graines de Champion

Ca y est on l’a fait. Une année de plus et l’aventure est de plus en plus belle.

Affiche Oxfam Trailwalker 2014

Elle est retracée à partir de l’expérience de l’équipe des « Graines de Champions » qui en était à sa troisième  participation et sa deuxième réussite d’arriver à 4 en moins de 30 heures.

Mais quelle réussite!

Car peu importe l’heure où on est arrivé, l’essentiel c’est qu’on l’ait fait en moins de 30 heures et jusqu’au bout de la douleur de ses pieds et de ses mollets.

 

Tout a commencé le vendredi soir. L’équipe est arrivée complète  à Avallon pour l’inscription avant de rejoindre son gite situé  à Joux la Ville «  le clos du Merry ».   Nous avons retrouvé nos supporters, et nous n’avons pu que vouloir prolonger la soirée, tant l’ambiance était bonne surtout grâce à la présence des propriétaires dont l’accueil était exceptionnel.

On peut d’ailleurs aller voir sur leur page facebook, ils parlent de cette soirée dont ils garderont toujours un bon souvenir.

20140516_204608B20140516_204446A

20140517_054718C20140517_055747D

L’équipe des Alicharlélilu nous a rejoints un peu plus tard dans la soirée.

Forts de la belle énergie acquise lors de cette soirée, nous nous sommes mis en route dès 5 heures du matin, nous avons pris un petit déjeuner copieux  préparé par la maîtresse des lieux.

Le timing était parfait, notre équipe de supporters assurait comme des pros pour que rien ne soit oublié dans leur van avant le départ : chaise pliante, table pliante, termos, réchauds……

Nous avons pu prendre le départ dans les meilleures conditions, au milieu de mille participants.

Les premiers kilomètres étaient avalés rapidement. Chacun pensait au record qu’il aurait à battre : 34 kilomètres pour l’une, marcher avec nous le plus longtemps possible pour certaines de nos supporters…..

20140517_074649E20140517_090818F20140517_113442H

 

Le soleil nous accompagnait, et nous nous sommes vite retrouvés en short et  maillot. Le premier point de Contrôle à Saint Germain des Champs a été franchi à une vitesse de plus de 5 km/heure. Nous sommes restés à peine un quart d’heure, le temps de croiser l’équipe de « ci vis pacem pédale un peu ». La foule des marcheurs était importante et nous avons eu du mal à se retrouver. L’accueil des organisateurs d’Oxfam et des suiveurs y était déjà particulièrement chaleureux.

Le deuxième point de contrôle à Quarré les Tombes a lui, été franchi à la même vitesse et nous étions ravis de tenir largement notre timing. Nous avons pu découvrir et apprécier le confort qui avait été mis en place par notre équipe de supporters.

20140517_113600I20140517_124741J20140517_134824K

 

Nous redoutions la troisième portion classée en difficulté 3. Nous devions descendre dans la Vallée de la Cure pour ensuite remonter sur la crête et redescendre dans la vallée du Chalaux. Elle sera franchie à une vitesse toujours bien soutenue (4.5km/heure), mais elle aurait sans doute des conséquences sur les organismes par la suite. De temps en temps, nous étions rejoints par l’équipe des « Alicharlélilu » qui était derrière nous. C’est toujours encourageant de marcher un bout de chemin avec une autre équipe dijonnaise avec qui on s’est préparé.

Au troisième point de contrôle à Mazignien,  nous avons été accueillis par le copain Alain, qui avait fait le trail en 2012 avec l’équipe des « Cats Ducs » et qui était bénévole cette année.

20140517_151825N20140517_191653O20140518_075033R

 

Nous savions que la 4e portion classée difficulté 4 serait terrible et elle l’a été. Le soleil plombait et  le macadam, sans qu’on s’en rende trop compte, commençait  à  chauffer nos pieds. Les ampoules nous guettaient. A la fin de cette portion, nous avons été revitalisés par la présence de l’équipe des « Convaincus » .

Nous sommes arrivés à Lormes, point de contrôle le plus important, non sans encombre, mais avec la joie de franchir les 50 km, ce que nous avons immortalisé.

Pour celui qui en est à sa troisième participation, Lormes est toujours un point de contrôle où l’ambiance est particulière.  La fatigue commence à se faire sentir. Le moral commence à tomber  car on sait qu’il reste une nuit à marcher et pour la plupart une inconnue redoutée. C’est aussi l’arrêt prévu le plus long et qui peut casser le rythme. C’est toujours là où on se demande si on va tous repartir.

Mais cette année nous avions des atouts déterminants : notre équipe de supporters qui était de plus en plus à nos petits soins, nous apportait nos repas,  nous  servait à boire, nous ravitaillait en tubes et barres énergisantes, nous secouait pour nous remonter le moral. Et puis il y a Marjorie qui nous a rejoint et qui, forte de ses massages et de ses pansements, nous a bien requinqués. Le dernier atout, c’est que nous savions que nous avions suffisamment d’avance pour aborder les 50 derniers kilomètres avec sérénité et que nous pouvions adapter notre rythme à notre difficulté à marcher.

Nous avions aussi un avantage, c’est le fait de repartir de jour. Nous sommes repartis avec l’équipe de « l’envolée en marche » . C’était celle qui avait obtenu le meilleur temps l’année précédente (arrivée à 9 heures du matin), donc c’était plutôt bon signe.

Cette portion redoutée s’est avérée moins difficile que prévue, puisque nous avons gardé une bonne partie de notre avance en arrivant à Saint Martin du Puits. Le froid commençait à nous saisir et nous n’avions pas trop envie de nous arrêter longtemps.

Ce sont plus les deux portions suivantes qui ont été difficiles pour nous. Nous sortions du Morvan par des chemins étroits empierrés et nous glissions souvent sur des pierres, par manque de visibilité. Cela réveillait et amplifiait la douleur des pieds et des mollets. Nous avons volontairement baissé notre rythme car marcher lentement nous paraissait plus salutaire que de s’arrêter.

La présence de notre équipe de supporters était à ce stade permanente car outre les deux supportrices qui continuaient à marcher avec nous ( un grand bravo à Juliette et Aurélie) , il y avait aussi  Benjamin, Phil, Jérémy et Benoît qui nous accompagnaient en chansons et fermaient la marche.

Il y a eu aussi l’arrivée inopinée de Xavier, une « des 4 pièces du puzzle « qui a fait le trail en 2013, qui nous accompagné un petit bout de chemin au beau milieu de la nuit. Il  a confié à Jean-Luc, un lama pour qu’il franchisse à son cou la ligne d’arrivée comme fétiche.

Nous avions baissé considérablement notre rythme mais nous avions préservé un bon moral. Avant le dernier point de contrôle, d’autres supporters Pascal, Véronique, Martine, Caroline (qui avaient amené un bon repas pour l’après trail), sont venus à notre rencontre, terminant d’effacer les moments de découragements. Nous savions que nous allions terminer tous les quatre malgré les douleurs aux pieds et aux mollets qui devenaient beaucoup moins fortes que l’enthousiasme croissant.

Trailwalker 2014 002IMG_1869IMG_1857

Le dernier tronçon qui longeait le Cousin s’est avéré aussi plus difficile que prévu. Beaucoup de racines et un sol irrégulier réveillaient les douleurs. Mais le soleil et donc le terrain sec,  ainsi que nos supporters de plus en plus nombreux rendaient les choses beaucoup plus faciles et agréables.

Enfin, l’arrivée sur Avallon et sa cathédrale que nous avons aperçu à la sortie du Cousin a été bienfaiteur pour le moral. Nous savions que l’arrivée était là, même s’il restait encore un bon dénivelé (parmi les plus raides du trail)  à surmonter.

Trailwalker 2014 001IMG_1909IMG_1902

Ce fut alors une marche triomphale dans les rues d’Avallon. Merci pour les organisateurs et la municipalité d’Avallon qui ont cet année grandement élevé le niveau d’émotion en ayant la bonne idée de nous permettre de traverser les principales rues piétonnes, en étant applaudis par toute une population présente aux terrasses et dans les rues.

C’est un véritable cadeau d’avoir cet accueil là, pour des marcheurs qui se sont mobilisés depuis des mois  pour récolter des fonds nécessaires pour vivre dans un monde meilleur et plus juste.

C’est un véritable cadeau d’avoir cet accueil là, pour des marcheurs qui se sont entraînés pendant plusieurs mois pour pouvoir acquérir une condition physique qui est toute particulière. Pour les sportifs aguerris, ce n’est pas forcément habituel de faire  cet effort continu sur une si longue durée. Pour les autres et surtout ceux qui ne sont pas sportifs du tout, et ils sont nombreux sur le trail, c’est une inconnue supplémentaire, et chaque entrainement peut être une épreuve de vérité pour savoir si on le fera ou pas. En plus, l’idéal c’est de s’entrainer à 4, et pour ça il faut trouver des disponibilités.

Trailwalker 2014 003Trailwalker 2014 004Trailwalker 2014 005

C’est en tout cas une belle récompense qui permet d’oublier rapidement les souffrances endurées  ou tout du moins de les atténuer.

Nous avons voulu aussi participer à l’arrivée des autres équipes dijonnaises arrivées peu après nous. Nous avons goûté au plaisir de se retrouver tous ensemble et d’immortaliser dans notre mémoire ce moment unique.

 

Au final la plus belle des réussites, c’est que toutes les équipes dijonnaises présentes aux entrainements et soirées de soutien ont franchi la ligne d’arrivée et ont pu goûter à ce bonheur-là.

 

OXFAM TRAILWALKER 2014OXFAM TRAILWALKER 2014

OXFAM TRAILWALKER 2014OXFAM TRAILWALKER 2014

IMG_1914IMG_1951



21/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres